FACE AUX ENTREPRENEURS

Durée de lecture
9 minutes
Avancement

FACE AUX ENTREPRENEURS

Vaison-la-Romaine
16 Février 2020 - 17:14
12 commentaires

Les deux têtes de liste des élections municipales ont planché devant les membres du Club des entrepreneurs du pays de Vaison  (CEPV).

L’association des chefs d’entreprise avait bien fait les choses. Chaque tête de liste ne pouvait être accompagnée que trois colistiers. Elles ont planché à tour de rôle, séparément, sur les mêmes questions, et sans qu’elles-mêmes ou les colistiers ne puissent assister à la prestation de la concurrente. L’ordre de passage a été fixé par tirage au sort. Il a désigné Jean-François Périlhou comme premier à pouvoir s’exprimer. Sophie Rigaut lui a succédé.

Des thèmes avaient été retenus par les organisateurs, orientés vers l’économie et l’entreprise, ce qui était bien prévisible. Les relances du meneur de jeux, Benoit Baudry, président du CEPV, fonctions des réponses, n’étaient pas forcément identiques.

Jean-François Périlhou a mis en avant sa vision du rôle du maire, soutenu pas son expérience de la fonction. Sophie Rigaut, qui a été plus brève, a, elle, mis en avant ses idées et sa connaissance de l’apport possible des institutionnels.

Dans cet article, nous nous sommes limités aux propositions, ce qui explique des différences de longueur de texte, en les regroupant par grand thème, sachant que certaines propositions relèvent de plusieurs thèmes. Leur répartition peut donc sembler parfois arbitraire.

Développement économique — Logement

Jean-François Périlhou  : Il veut créer le dialogue avec les entrepreneurs, et assure qu’il faut « le confort pour travailler ». Il soulève le problème des mobilités et veux « rapprocher Vaison de la vallée du Rhône et du TGV ». Il prévoit des logements en accession à la propriété pour les jeunes dans les programmes immobiliers, et assure que les réserves foncières sont un enjeu du territoire.

Il a été interrogé par l’animateur sur l’articulation avec la communauté de commune et l’urbanisme. Il estime que la compétence économique incombe à la communauté de communes. Les maires doivent s’occuper du court et moyen terme, la communauté de communes du moyen et long terme. Le centre-ville relève du maire. La ville centre a un effet d’entraînement sur les grands équipements.

Sophie Rigaut: Elle veut renforcer l’identité agricole du territoire, travailler sur la culture et le patrimoine pour développer le tourisme. Pour le commerce de centre-ville, elle prévoit un plan de dynamisation avec un animateur et une charte, et la recherche de complémentarités pour éviter les départs des acheteurs vers Orange et Avignon. Pour la création d’entreprises, elle prévoit « un tiers lieu », comme une pépinière d’entreprises, où les créateurs pourront disposer de locaux, de moyens techniques et de conseils a des prix « extrêmement modérés ». Elle veut aussi « beaucoup travailler sur le vélo ».

La population baisse, il faut une population équilibrée jeunes actifs, adultes, seniors. Elle veut lancer un programme local de l’habitat : faire un état des lieux, notamment des logements vacants, et mettre autour de la table des opérateurs publics qui « disposent d’outils et de financements ».

Urbanisme – Organisation de l’espace — Déplacements

Jean-François Périlhou  Il faut à l’Est les commerces, puisque le bassin de consommation est à l’Est, et à l’Ouest les zones des entreprises, tournées vers la vallée du Rhône. Le PLU une fois révisé devra permettre une croissance modérée de la ville, qui perd des habitants depuis cinq ans.

Sophie Rigaut Il faut tout remettre à plat et travailler avec les communes de l’intercommunalité. Vaison n’est pas en mesure de répondre aux demandes de foncier, il faut faire un inventaire des possibilités dans le cadre du prochain PLU. Elle veut un plan pour les déplacements mis en œuvre progressivement. Elle insiste sur le covoiturage. Pour les transports collectifs, elle souhaite que ce soit l’intercommunalité qui la gère pour peser auprès de la Région. Elle des contacts avec les maires de Buis-les-Baronnies et de Nyons qui souhaitent eux aussi une navette express vers Avignon, et pense y arriver avec les trois intercommunalités.

Notoriété de la ville – Attractivité du territoire

Jean-François Périlhou  Il faut pousser sur nos points forts patrimoine, agriculture, culture. On a tous la responsabilité d’être des acteurs concrets. Il faut garder notre identité, avoir des labels.

Sophie Rigaut Il faut s’appuyer sur la culture et le patrimoine pour attirer les catégories supérieures. Elle veut prendre exemple sur Arles qui a développé son économie en s’appuyant sur ces deux thématiques. Elle pense utile de travailler avec Arles et Nîmes sur le thème de la romanité. Elle veut proposer un plan de dynamisation du centre-ville, avec un animateur, mettre en place une charte pour permettre au commerce de centre-ville d’exister et rechercher des complémentarités pour éviter le départ des clients vers la vallée du Rhône. Elle veut aussi « beaucoup travailler sur le vélo » et organiser l’accueil des cyclistes.

Comment associer les entrepreneurs aux décisions ?

Jean-François Périlhou  La collaboration existe. Il existe une note faite depuis deux ans par le CEPV, il faut la mettre en œuvre. Benoit Baudry demande : peut-on imaginer une participation réelle aux commissions ? Jean-François Périlhou pense qu’aucun élu de s’y opposera et qu’il faut bouleverser les règles.

Sophie Rigaut Elle espère que les entreprises accepteront de participer à l’élaboration du futur PLU. Elle souhaite travailler « très en amont » sur les projets, dès l’élaboration, et ne pas les présenter qu'une fois finalisés. Elle cite les zones d’activité, l’urbanisme, la mobilité, le marketing économique et territorial…

Développement durable

Jean-François Périlhou  « C’est l’un des sujets les plus compliqués ». Il faut accompagner les initiatives. On est en retard sur les déchets pour lesquels collectivité doit passer un marché territorial.

Sophie Rigaut Elle estime que c’est nécessaire pour l’attractivité. Pour les déchets, elle veut assouplir les règles d’accès à la déchetterie et plus tard étudier une deuxième déchetterie pour les particuliers, et aussi apporter un service. Elle souhaite revégétaliser le centre-ville pour faire baisser la température, et se rapprocher de l’université d’Avignon pour élaborer des solutions.

Budget

Jean-François Périlhou  Face aux baisses des dotations, il faudra mutualiser les moyens entre la ville centre et l’intercommunalité. On trouvera des moyens par les économies. Pour l’intercommunalité, la fiscalité doit être « au pire stabilisée, au mieux baissée ». Il veut mettre la taxe des ordures ménagères de Vaison au même niveau que celles des autres communes. Il est possible, depuis le 1er janvier, d’accorder des exonérations de taxes CFE et foncières aux nouvelles entreprises.

Sophie Rigaut Il faut que Vaison demande plus de subventions et actionne des dispositifs comme l’opération Cœur de ville qui permet d’avoir des financements. Il faut être ambitieux sur le prix de foncier et des pas de porte.

Comment attirer des entreprises ?

Benoit Baudry Peut-on imaginer d’avoir des personnes qui soient les « commerciaux du territoire » ?

Jean-François Périlhou  « Le service du développement économique mérite d’être étoffé ».

Sophie Rigaut  Elle estime qu’il faut un marketing territorial et économique pour vendre le territoire, et se poser la question des filières. Elle cite le numérique, le développement durable et l’alimentaire. Elle veut faire appel à l’agence départementale Vaucluse Économique qui travaille avec la Région, pour aider à monter les dossiers des entreprises candidates. Elle envisage des collaborations avec la Cove.

There are 12 Comments

Quelque soient les résultats électoraux, il faudra bien réunir les compétences de chacun pour résoudre les problèmes évoqués. Le nouveau maire de Vaison devra être capable de manager non seulement la ville mais toutes les parties prenantes à la vie locale, et faire preuve d’un esprit consensuel, sans exclusive, ni esprit partisan.

Le président du club a demandé si à l'avanir, le club d'entreprise serait consulté. Périllou nous a fait bien rire quand il a dit que c'était déjà le cas lol Si ça l'était, personne n'aurait posé la question !

Un homme qui est vice-président de l'intercommunalité, avec la délégation développement économique, et qui ne dit pas un mot sur cette collectivité ! C'est vraiment preuve du manque de travail avec les autres acteurs de notre bassin de vie que sont les villages et les entreprises de notre territoire. C'est vraiment navrant.

Cher Pierre Durand, commentateur Pourquoi toujours de l'agressivité voir parfois de la haine? C'est facile et cela ne doit pas vous apporter pas grand chose. Si vous aidiez chacun à travailler ensemble, je suis certain que vous seriez alors fier de vous.

J'y étais c'était très intéressant, instructif, et ça m'a permis de voir la différence entre les deux candidats. Je rejoins tout le monde à la fin du débat lors du "petit" apéritif offert par le CEPV : entre les deux il n'y a pas photo ! Un était clair, précis, visionnaire et connaissant ses dossiers. L'autre était pleine de "phrases toutes faites" et de "y a qu'à", "il faut voir"... oui pour moi il n'y a pas photo.

... J'ai eu le sentiment inverse. M. Le Maire a souvent éludé les sujets structurants, la collaboration avec les autres collectivitê, l'interco evidemment, dont il s'est, dans les faits, complètement isolé pendant tout son mandat, le PLU, préférant faire un constat "les commerces à l'est les entreprises à l'ouest" (???? ) Est- ce que ça découle de la volonté de la commune de Vaison, alors que les commerces de "" l'est" sont tous situés sur le territoire de Saint Romain, et pour certains depuis des décennies? Du côte de Mme Rigaut, revitalisation centre ville ( l'etat aide les renovations d'immeubles vetustes des coeurs de ville), PLU en concertation avec villages ,... Le raprochement avec la vallee du Rhône, D'un côté, on a un sujet travaillé, collaboration avec Nyons et Buis, de l'autre "il faut" ( mais j'ai rien fait!) La culture, le patrimoine, par exemple Mme Rigaut propose detravailler avec Arles et Nîmes sur le theme de la romanité, M. Perilhou veut "pousser sur nos points forts"(???). Quand on a dit ça on fait quoi? Non , M. Perilhou est juste un bon communicant qui peut faire illusion devant un auditoire acquis, mais qui cache son manque de travail évident, et sa désinvolture, par quelques bons mots, cette confrontation a été édifiante ( et cruelle!). Merci au CEPV pour cette belle initiative.

Benjamin, votre commentaire a la mérite d'être clair et parfaitement objectif. Comme la plupart des vaisonnais, je n'ai pas assité à cette matinée, et votre analyse est très instructive.

Demander plus de subventions lorsque les dotations fondent comme neige au soleil......c'est du rêve ou de l' incompétence ? et très bien les subventions mais d'où proviennent- elles? ne seraient -elles pas issues de nos diverses impositions , Moi je préfère un Maire qui a un vrai programme avec de vraies idées, merci Monsieur Périlhou, tout mon soutien.

Les autres communes de France ne tournent pas le dos aux subventions, issue certes de nos Impôts. Les dotations vont donc ailleurs, et Vaison ne profite pas de ces opportunités. Pour cela encore faut-il avoir la volonté de monter des dossiers. Comme va-t-o n retrouver notre ville si elle n'a pas recours aux subventions auxquelles elle a droit, et si en plus elle finance sur son propre budget des équipements qui ne sont pas de sa compétence comme une caserne de pompiers, le réseau fibre optique, le cinéma ( selon le tractdu maire) ?

Les subventions versées par le Conseil départemental d'aujourd'hui, ce sont les impots du conseil départemental de demain. Idem pour la région. Vous êtes, comme Mme RIGAUD prisonnier d'une pratique qui conduit à toujours plus d'impot, toujours plus de prélèvement. L'Etat a décidé d'une manière unilatérale de diminuer de manière drastique les dotations versées aux communes. C'est un signal! Moi je fais davantage confiance à un Elu qui choisit la gestion rigoureuse. Vous voyez ce que je veux dire?

Et vous laissez donc les subventions (issues de vos impôts) qui pourraient améliorer à la Ville et le quotidien des Vaisonnais profiter aux autres communes. Votre abnégation vous honore, mais qu'on vienne pas se plaindre que Vaison périclite, qu'elle perd de la populationn et que ses commerces ferment. Et ce n 'est pas le regoudronnage de quelques tronçons de nos rues ou des fresques sur les murs qui amélioreront la situation.
X