UN NOUVEAU COUPLE ACCUEILLI

Durée de lecture
1 minute
Avancement

UN NOUVEAU COUPLE ACCUEILLI

Crestet
19 Mai 2021 - 10:39
0 commentaires

L'artiste et son oeuvre

Samedi, en fin de matinée, Florence Bertrand, maire du Crestet est venu faire la connaissance du nouveau couple de Crestet.

Malgré une certaine réticence, la maire n’a pas hésité à monter dans la nacelle avec l’artiste sculpteur, Yann Éric Eichenberger.

Si certains habitants du canton connaissaient déjà le travail de l’artiste, en venant dans sa galerie atelier à Vaison, il s’agit cette fois d’une nouvelle prouesse. En effet, Yann Éric Eichenberger sculpte dans des troncs d’arbre, des femmes, sublimes et élancées, dont le visage est tourné vers le ciel.

Chacune de ces deux sculptures mesure sept mètres de hauteur. Le travail du sculpteur est façonné à la tronçonneuse. C’est dans un tronc de Séquoia de plus de 120 ans et de 2 mètres de diamètre à la base, que le couple a pris forme. L’arbre de 30 mètres de haut vient de Rémuzat, dans la Drôme. Suite à la foudre, cet arbre était devenu menaçant pour les habitants. L’élagueur, Gabriel Auber, de Buis-les-Baronnies, est à l’origine de la coupe du géant, qui fut ensuite transporté par convoi jusqu’à Crestet.

Après quelques jours de préparation, l’ébauche des sculptures a commencé le 10 mai dernier, malgré les mauvaises conditions météorologiques. Elles ont été ensuite dressées à l’aide d’une pelle mécanique de quelques 24 tonnes, entre autres matériels nécessaires à la manipulation, le tronc principal de sept mètres de long pesant neuf tonnes.

C’est depuis une nacelle élévatrice que l’artiste a créé ce couple à l’aide de sa tronçonneuse. Le critique Christian Noorbergen, après un entretien avec Yann Éric Eichenberger, décrivait ainsi le travail de l’artiste « Les œuvres de Yann Éric Eichenberger sont monumentales, érectiles, et magiciennes. Elles prennent racine dans l’humus des grandes cultures du passé, des Cyclades à l’Étrurie, de l’île de Pâques à l’Afrique… Stèles d’hier et d’aujourd’hui ».

L’une des dernières grandes sculptures de l’artiste, la « Diva Douglas », ne mesurait que… 5,10 mètres. Aujourd’hui après cette prouesse, il aimerait trouver un tronc d’arbre lui permettant de créer une nouvelle diva de plus de 10 mètres.

De son côté, Florence Bertrand se réjouissait de la présence de ce couple monumental sur sa commune, rappelant que Crestet avait accueilli, longtemps, un centre artistique et de sculpture. Il y restera jusqu’au passage du Tour de France, et il sera sûrement remarqué par ses caméras et ses milliers de téléspectateurs.

Le couple est visible sur la route, à la sortie de Crestet en direction de Malaucène, sur un terrain acheté par deux amis pour y créer une petite ferme pédagogique, à suivre…

 

BB

X