Article suivant
CARNET

LA ZONE D'ACTIVITÉ DU FLEZ ÉTENDUE

Durée de lecture
3 minutes
Avancement

LA ZONE D'ACTIVITÉ DU FLEZ ÉTENDUE

Intercommunalité Vaison-Ventoux
11 Décembre 2020 - 17:05
3 commentaires

Le conseil communautaire s’est réuni hier à la salle des fêtes de Séguret. Il a été principalement question de finances et des zones artisanales.

La Zone d’activité du Flez, à Saint-Romain-en-Viennois, est en cours d’extension. La communauté de commune a prévu un million de travaux pour la réaliser. Sept lots seront réalisés, pour un total de 20 600 m². La quasi-totalité est déjà vendue à des entreprises locales, ce qui remboursera le montant des frais engagés. Pour faire face aux besoins de trésorerie avant la vente, l’intercommunalité a souscrit un prêt d’une durée de deux ans.

L’extension de la zone d’activité de Sablet, sur trois hectares, a été approuvée. La partie nord comprendra cinq lots, la partie sud en comprendra neuf. Cette extension doit faire l’objet d’une étude d’impact écologique. A aussi été approuvée la vente de 1500 m² de la zone d’activité des Écluses à Vaison aux entreprises « Léone » et « La main à la pâte ».

500 000 euros de travaux sont approuvés pour la rénovation du CLSH.

Des décisions modificatives du budget ont été adoptées pour faire face aux dépenses engendrées par la Covid et les travaux de la zone d’activité du Flez.

L’élaboration d’un Programme Local de l’Habitat (PLH) a été lancée. Non obligatoire, il s’intercalera entre le SCOT et le PLU. À partir d’un diagnostic de la situation existante, le PLH définit les objectifs à atteindre, notamment l’offre nouvelle de logements et de places d’hébergement en assurant une répartition équilibrée et diversifiée sur les territoires.

Le PLH comprend un programme d'actions détaillé par commune et, le cas échéant, par secteur géographique.
Le programme d'actions détaillé indique pour chaque commune ou secteur :
- le nombre et les types de logements à réaliser ;
- les moyens, notamment fonciers, à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs et principes fixés ;
- l'échéancier prévisionnel de réalisation de logements et du lancement d'opérations d'aménagement de compétence communautaire ;
- les orientations relatives à l'application des dispositions du code de l'urbanisme, favorisant la construction de logement.

Après la fin de la réunion, en dehors de celle-ci, en questions diverses, Joël Bouffiès, maire de Villedieu, est intervenu pour demander aux élus un acte de solidarité avec les sept prêtres du Vaucluse ayant fait l’objet de courriers anonymes. Ils portaient deux mots : « ALLAH AKBAR ». Considérant qu’il s’agissait d’une mise en cause des valeurs de la République, il souhaitait un courrier de solidarité signé des maires de l’intercommunalité et une manifestation de solidarité des maires en écharpe, à Cairanne, dont le prêtre était concerné, à l’occasion d’une messe. Peu d’élus ont participé à la discussion. Le maire de Saint-Marcellin a affirmé que si la manifestation avait lieu, elle devait se limiter au parvis de l’église, lieu public laïque, celui de Brantes que ce n’était pas le rôle de l’intercommunalité. Sophie Rigaut a proposé de saisir l’association des maires. En conclusion, Joël Bouffies fera parvenir à chaque élu un projet de lettre pour manifester sa solidarité.
Selon le procureur de la République d’Avignon, cité par « Vaucluse Matin », il est difficile d’interpréter la nature de ces courriers qui, stricto sensu, ne constituent « pas une menace ».

Article suivant
CARNET

There are 3 Comments

quel regard doit on poser sur tous ces agrandissements et projets qui nous font ressembler aux extensions urbaines et commerciales de nos voisins de sorgue ou du pontet ; peut on preserver notre qualite environnementale et de vie avec de telles ambitions surdimensionnées en rapport de notre population locale , je ne pense pas

Merci guidicci pour votre message. Nous sommes déjà entourés de ces zones d’une laideur qui, à priori, n’a pas l’air d’affecter grand monde. (ce qui reste toutefois à prouver). La route pour se rendre à Avignon est devenue un véritable cauchemar pour les yeux, et tout cela,paraît-il, au nom de l’économie, en tout cas pas celle du tourisme, (si j’étais touriste,j’aurais du mal à revenir dans le coin…). Certes le mal est déjà largement fait mais est-ce une raison pour continuer à enlaidir notre paysage sans la moindre démarche pour adoucir les regards? Pas de quoi être fier de ces ” chemins de la désolation…” Mais on me dira peut-être qu’avec l’habitude on n’y fait plus attention… (et nos enfants peut-être encore moins;) L’économie, pourquoi pas, mais par pitié, sans “déglinguer” le paysage et le reste… et je ne suis pas sûr qu’il s’agisse là, de la préoccupation principale de ces messieurs (dames?) les promoteurs/décideurs…

Nous ne sommes que trois à avoir ajouté un commentaire et pourtant, d'après ce que j'entend autour de moi depuis l'article "Question de finances et des zones artisanales", il semblerait que nombre d'habitants se sentent concernés par ce "carnage visuel" et la défiguration exponentielle du paysage de nos régions... Existe t-il une association ?
X