ÉLAN SUD RENCONTRE LES LECTEURS

Durée de lecture
1 minute
Avancement

ÉLAN SUD RENCONTRE LES LECTEURS

Vaison-la-Romaine
12 Août 2019 - 10:50
0 commentaires

La maison d’édition orangeoise présentait sa production et venait à la rencontre des lecteurs, jeudi, à la librairie Montfort. La directrice – et fondatrice – d’Élan sud, Corinne Niederhoffer, était accompagnée de deux auteurs, Myriam Saligari et Jean Dherbey.

Élan sud existe depuis 1999. Son premier livre est sorti en 2000. Elle compte maintenant soixante-quinze ouvrages à son catalogue, et une douzaine d’auteurs sont régulièrement publiés.

« Nous éditons des romans, et des témoignages », explique Corinne Niederhoffer, qui ajoute : « nous recevons de nombreuses propositions, chaque semaine environ une dizaine par Internet, et une trentaine par la poste. La plupart ne correspond pas à notre “créneau “ éditorial ».

Après une sélection sévère, six à huit livres « maximum » sont édités chaque année, avec des tirages de 300 à 1500 exemplaires ;

Si la sélection est difficile, « le plus difficile c’est de vendre », mentionne Corinne Niederhoffer, qui explique qu’étant elle-même libraire, elle connaît bien les difficultés de faire connaître des livres, alors que les libraires reçoivent des quantités « d’office », des livres envoyés par les maisons d’édition sans avoir été commandés.

Elle n’est pas inquiétée par « l’édition électronique », les livres dématérialisés lus sur écran. Elle affirme que ce mode de lecteurs ne prend pas et est même en diminution. Elle admet son intérêt pour mes voyageurs et les mal voyants, rappelant au passage qu’on n’est jamais vraiment propriétaire d’un livre électronique qui coûte le même prix qu’un livre papier. Elle estime que « le livre papier a encore de beaux jours devant lui ».

Les deux auteurs maison qui participaient à la rencontre discutaient avec le public et expliquaient leurs sources d’inspiration. Myriam Saligari a écrit deux romans, et en prépare un troisième. Elle s’intéresse au temps qui passe, et veut insister sur « ce que le temps ne nous prend pas ».

Jean Dherbey est un passionné de montagne, qui écrit aussi des romans qui se passent dans les pays de l’ex-bloc soviétique, où il voyage souvent et où il a de la famille.

X