REPRENDRE UNE ENTREPRISE : PAS SIMPLE

Durée de lecture
2 minutes
Avancement

REPRENDRE UNE ENTREPRISE : PAS SIMPLE

Vaison-la-Romaine
09 Octobre 2018 - 16:43
1 commentaires

.

Je vais vous conter l’histoire de ce Français émigré au Canada. Après avoir créé, développé puis vendu son entreprise au Canada, il revient à Vaison. Il souhaite reprendre une entreprise en France. Pas si simple !

Il se met en chasse et cherche une entreprise dans la région ayant pour clients des entreprises. Comme il a roulé pas mal sa bosse et vu pas mal de secteurs économiques, son critère principal de choix est la proximité de Vaison. Il aime la technique et sait qu’il pourra s’adapter si l’entreprise comporte déjà au moins 4 ou 5 salariés.

On l’oriente vers la CCI d’Avignon, on lui conseille le bouche-à-oreille, de regarder les offres sur Internet. Au bout de plusieurs mois, n’ayant quasi pas vu d’entreprises, il comprend que la cession de son entreprise est un sujet tabou.

Oncle d’Amérique ?

En Amérique, être chef d’entreprise, vendre son entreprise sont des sujets normaux, comme de gagner sa vie avec un salaire. Diriger, posséder une entreprise comporte plus de risques, plus de responsabilités, donc plus de soucis et plus de pertes ou de gains qu’un travail salarié. Mais en France, c’est une maladie honteuse, on n’en parle pas, on se cache. On ne vend qu’au moment de la retraite, car on ne sait pas quoi faire après. Souvent la veuve se retrouve avec l’entreprise sur les bras. C’est un parcours du combattant, pénible.

Au Canada, aux États Unis, il y a presque autant d’agences « vente d’entreprises » qu’il y a d’agences immobilières. Parfois les agences ont la double casquette. En France, seules les entreprises riches peuvent intéresser les quelques rares agences spécialisées. Et les autres ? Souvent elles périclitent faute de repreneurs. Or il y a des repreneurs, mais après deux ou trois ans de recherche, de mailing ou de coup de téléphone infructueux aux comptables ou aux intermédiaires, ils sont découragés. Plus de 8000 entreprises en PACA cherchent repreneur, selon la CCI.

Notre oncle d’Amérique avait approché lors de son arrivée Force Cadres, une association très dynamique située à Avignon, gérée par les cadres en recherche d’emploi eux-mêmes. Il avait adoré. Du dynamisme, des gens capables d’une grande solidarité, intelligents, proactifs. Il parait que cette association est unique en France. Elle est à Avignon. Elle aide les cadres à retrouver un emploi, à reconfigurer leur projet professionnel (qui peut être une reprise, mais pas que!) et à développer leurs réseaux.

Pour trouver une entreprise à reprendre, il faut chercher partout, et ce n’est pas simple.

Conclusion

La reprise d’entreprise est visiblement en France un parcours du combattant tant pour les chefs d’entreprises que pour les repreneurs. Nous verrons dans quelques mois si notre Canadien a trouvé chaussure à son pied. En attendant, si vous connaissez une entreprise à reprendre, signalez-le à La Gazette Locale, qui fera suivre.

There is 1 Comment

bonjour, je suis consultante en transmission d'entreprise sur les secteurs 26.30.84 et reste à disposition de ce monsieur. mon mail : c.saurel@actionreprise.com
X