LE LIVRE INTER VAISONNAIS DÉCERNÉ

Durée de lecture
1 minute
Avancement

LE LIVRE INTER VAISONNAIS DÉCERNÉ

Vaison-la-Romaine
07 Juin 2021 - 14:47
0 commentaires

Une partie du Jury

Pour la 19e fois, le jury du Livre Inter vaisonnais a désigné son lauréat.

Les treize personnes du jury sur les vingt inscrites, sous la double présidence de Régine Brun de l'ACAL - Association culturelle Amicale Laïque -  et de Mireille Roy, présidente du Livre Inter, après des échanges passionnés sur chacun des dix livres lus, ont choisi leur lauréat.

C'est « Héritage » du jeune Français et Vénézuélien, Miguel Bonnefoy, âgé de 35 ans, qui l'a remporté avec 18 voix, talonné par « Les buveurs de vent » de Frank Bouysse, ex aequo avec « L'Ami » de Tiffany Tavernier (17 voix), et pour finir « Le pont de Bezons » de Jean Rolin « quatre voix ».

« Héritage » de Miguel Bonnefoy est un vrai plaisir de lecture, une fiction romanesque de trois générations dont le patriarche est arrivé des coteaux du Jura avec un pied de vigne en poche fin XIXe. Une fresque éblouissante d'une histoire familiale aux prises avec la grande Histoire faite de guerres et de désastres ! Miguel Bonnefoy use d'un style coloré, sensuel et baroque qui fait de son livre « un page turner », on ne le lâche plus !

Mais… celui-ci, dimanche 6 juin, s'est vu remettre le prix prestigieux des Libraires attribué par 1 600 libraires. À ce titre, il ne pouvait plus prétendre au Prix Inter !

Et… dimanche 6 juin, les 24 jurés du prix du Livre Inter national, sous la présidence de Denis Laferrière, après 3 h 45 de débats concernant les huit autres livres - tous de qualité - ont voté au premier tour pour le premier roman d'Hugo Lindenberg, « Un jour ce sera vide » roman de l'enfance et de l'amitié entre deux petits garçons de 10 ans.

Denis Laferrière en l'annonçant l'a qualifié de « roman d'une grande élégance » et la journaliste Éva Bettan l'a commenté avec un plaisir évident. À juste titre : voilà un roman qui sort du lot, narrant avec justesse et sensibilité le monde entrevu de l'enfance, le temps d'un été de vacances, en Normandie. Le narrateur -enfant, Hugo, orphelin, passe ses vacances en compagnie d'une tante « monstrueuse » schizophrène et d'une grand-mère aimante, mais cultivant les non-dits. Il rencontre Baptiste qui vit, lui, dans une famille « normale » « une vraie famille ». En comparant les deux familles, Hugo ressent une honte immense de sa différence .

L'auteur Hugo Lindenberg explore ce sentiment de honte et le poids trop lourd des traumatismes de l'Histoire pour l'enfant qui n'a aucune clé pour comprendre sa propre histoire.

Écrit à hauteur d'enfant, le ton est doux-amer, juste et sobre sans pathos.

Un jour ce sera vide - Hugo Lindenberg (Auteur) Christian Bourgois éditeur – 16.50 €

 

Lise Ron

X