Article précédent
CARNET
Article suivant
MEILLEURS VŒUX

CES ANGLAIS QUI VIVENT LE BREXIT DEPUIS LE PAYS VOCONCE

Durée de lecture
1 minute
Avancement

CES ANGLAIS QUI VIVENT LE BREXIT DEPUIS LE PAYS VOCONCE

08 Janvier 2021 - 10:45
0 commentaires

Françoise et Steve

Steve et Françoise, Sue et Mike, Ian... Ils sont Anglais installés à Vaison, Rasteau ou Mollans-sur-Ouveze depuis longtemps, séduits par la qualité de vie, le climat et le « french way of life ». Puis le Brexit est arrivé…

Jusque-là ce n’était qu’une expatriation intra européenne, donc toute simple puisque l’Europe avait banni les frontières entre les pays membres. Mais tout a changé en ce premier janvier et le réveil est brutal pour Steve et Françoise, Sue et Mike, Ian...

Pour le moment c’est principalement le titre de séjour qui pose problème : un document pas très difficile à obtenir en soi, mais qui nécessite une foule de documents qu’il faut faire traduire par un traducteur agréé... Sans oublier les justificatifs de ressources sur cinq ans et la queue en préfecture pour prise d’empreintes digitales et photos.

Certains, plus malins, ont anticipé l’affaire et demandé un passeport irlandais, sauf-conduit idéal puisque l’Irlande est toujours européenne... et pour cela des parents ou grands-parents irlandais font l’affaire.

Et puis il y a aussi les petites tracasseries du quotidien : envoyer un colis en Angleterre par la poste nécessite maintenant une opération en deux temps (donc, faire la queue deux fois !) : enregistrement à la poste puis formulaire douanier. Pour le moment le permis de conduire anglais reste valable... mais pour combien de temps ? Et quid du passage en douane lors des voyages en Angleterre lorsque le coffre de la voiture est plein de bonnes choses à boire et à manger destinées aux amis et à la famille ?

Et pour s’épauler dans ces difficultés, une communauté s’est créée autour d’un groupe What’sApp qui échange et se communique les bonnes combines.

Pourtant aucun d’entre eux ne remet en cause cette installation en Provence... Sue, en France à temps plein depuis 7 ans, se sent européenne bien plus que citoyenne de Sa Majesté. Elle rêve même, au-delà de son titre de séjour renouvelable, d’obtenir un jour la nationalité française. « Mais il faut travailler la culture, l’histoire de France, apprendre la Marseillaise, ce n’est pas si simple », explique-t-elle dans un français presque parfait.

Au fond, tous regrettent ce Brexit et surtout ce qu’il signifie : un Royaume désormais désuni dans lequel les sécessions s’annoncent, à commencer par l’Écosse.

Article précédent
CARNET
Article suivant
MEILLEURS VŒUX
X