UNE NOUVELLE ASSOCIATION CONTESTE LES ORIENTATIONS RETENUES POUR LE PLU

Durée de lecture
4 minutes
Avancement

UNE NOUVELLE ASSOCIATION CONTESTE LES ORIENTATIONS RETENUES POUR LE PLU

Séguret
15 Avril 2021 - 15:33
6 commentaires

Confluences séguretaines, une association créée en décembre 2020, présidée par Pablo Höcht, estime que les projets d’aménagement du territoire qui ont dirigé l’élaboration du PLU ne correspondent pas aux besoins ni à la préservation de la qualité de vie. Elle critique notamment le nombre de créations de logements, et l’emplacement retenu pour un nouveau lotissement.

Selon les responsables de l’association Confluences séguretaines, le PLU du village, voté récemment par le conseil municipal, prévoit la création de 43 logements. Ce chiffre leur semble excessif. En effet, ils constatent que la population du village, comme celles des villes environnantes, Carpentras, Bollène, Vaison, est à la baisse depuis 2006 (911 habitants en 2007, 844 en 2017), et affirment qu’il n’y a pas de raison que la population augmente. D’autre part, ils notent l’existence de 50 logements vacants (chiffres de l’I.N.S.E.E.) Ils estiment que le chiffre d’une augmentation annuelle de la population de 0.5 % par an, sur lequel repose le PLU, est sans rapport avec la réalité démographique actuelle qui montre une décroissance de la natalité depuis 2015, qui ne devrait pas s’atténuer à cause de la crise actuelle sans précédent et une augmentation de la mortalité liée aux papy-mamie boomers. La réalité des besoins serait, selon eux, au maximum de six nouveaux logements pour un chiffre d’évolution de la population de -0,06 % par an. Ils estiment aussi qu’il faudrait que, selon les préconisations du SCOT,  l’apport d’une population nouvelle soit justifiée par la création d’emplois, mais ils craignent que cette augmentation serve surtout à des opérations immobilières au profit de propriétaires des terrain et de nouveaux arrivants (résidences secondaires) sans avantage pour l’ensemble de la population.

Ils contestent également l’emplacement retenu pour le lotissement, un terrain « argilo-calcaire en bas d’un bassin versant », où ils craignent des problèmes d’inondation par ruissellement. Ils estiment que le schéma directeur de gestion des eaux pluviales présente de nombreuses erreurs et omissions qui minimisent ces risques et que les gros orages craints dans le cadre du réchauffement climatique mettent en danger les constructions. Ils remarquent que la commune est propriétaire d’un terrain près du stade, où les constructions impacteraient moins le paysage, seraient plus en sécurité, et s’interrogent sur les raisons qui ont empêché ce choix.

L’association Confluences séguretaines a commencé son action par l’étude du PLU, vu l’urgence. Elle a pour ambition, selon ses statuts, la « préservation, défense et valorisation des patrimoines naturel, paysager, historique et architectural de la commune de Séguret ». Les dirigeants insistent sur la complémentarité de leur action avec celle des Amis de Séguret, qu’ils ne veulent pas concurrencer.

Le maire de la commune n’ayant pas donné suite à nos sollicitations, il ne nous est pas possible d'exposer son point de vue.

There are 6 Comments

quel est donc cette manie qui consiste a faire toujours plus alors qu'on pourrait se poser et reflechir a la qualité de vie avec un cadre naturel que beaucoup nous envie; a une epoque , c 'etait la mode des terrains de tennis , puis celle des salles des fetes et maintenant celle des lotissements et demain ....on assiste a une artificialisation (betonnage) inquietante et surtout sans impact economique a long terme mais on veut a tout prix preserver nos cheres ecoles primaires qui malheureusemnt auront de plus en plus de mal a resister au regroupenment des communes

La bonne question à se poser, est à mon avis : ”Quelle image dégagera le village de Seguret dans quelques décennies ? ” Si Seguret ressemble toujours à ce qu’il est aujourd’hui ce sera un véritable bijou et sans doute une perle pour la région. Un commentaire de la mairie pour exposer son point de vue ne serait pas superflu et pourrait ainsi clarifier les inévitables rumeurs et “extrapolations” de toutes sortes… Dans tous les cas, je souhaite que le village ET SA PERIPHERIE ne soient pas défigurés comme en prend le chemin d’une grande partie de la région…

Le SCOT a été approuvé à l’unanimité et donc par le maire de Séguret. Il prévoit une croissance de la population et la construction de 1700 logements répartis entre les communes. Le SCOT n’a pas de caractère obligatoire mais il permet d’orienter les investissements des communes et d’éviter l’anarchie des infrastructures. Quant à la beauté des villages, il faut sensibiliser la population au tri des déchets, à la chasse aux décharges sauvages et au fleurissement.

Mouchenotte, votre sens de la nuance est sans égal. On a vu dans l’histoire ce qu’ont pu donner les hyper rationalisations de ce que vous appelez les infrastructures. Il va sans dire que la très grande majorité d’entre nous ne cautionne pas les décharges sauvages. Quant à la “beauté des villages”, si vous la cantonnez aux fleurissements (certes pas superflus) de certaines communes, j’ai comme l’impression que le sens de la subtilité vous échappe et je me dis que le temps n’est pas encore venu, d’un monde meilleur et plus “respirable”.

Celle de Monsieur Mouchenotte réduit malheureusement l'écologie au recyclage des pots de yaourts, et est imperméable à la notion d'imperméabilisation des sols, de préservation des zones agricoles, de limitation des intrants... Quant au SCOT, il a été voté par ceux qui ont déjà voté l'extension de la zone commerciale du Flez, bel exemple de gâchis des terres agricoles, et de multiplication des surfaces commerciales qui vont tuer le centre-ville de Vaison. (exemple de Valréas) Là aussi , on est dans la démarche en cours dans les années 70-80, devenue obsolète car néfaste. Question de génération, vous dis-je....

Le projet de loi Climat consacre des principes essentiels et posent de nouvelles bases : pour en finir avec les passoires thermiques où on étouffe l'été et grelotte l'hiver, pour arrêter d'engloutir sous le béton l'équivalent d'un département français tous les 10 ans, pour créer un affichage environnemental sur tous les biens et services pour faire des choix justes et éclairés, pour mieux se nourrir et soutenir notre agriculture - l'une des plus saines et durables au monde, pour que la commande publique intègre enfin des critères environnementaux...
X