Article précédent
CARNET

LA SUR-FRÉQUENTATION TOURISTIQUE EN DISCUSSION

Durée de lecture
1 minute
Avancement

LA SUR-FRÉQUENTATION TOURISTIQUE EN DISCUSSION

Vaison-la-Romaine
20 Novembre 2021 - 08:21
1 commentaires

Pour sa 19e édition, le Réseau régional des espaces naturels (RREN) PACA avait choisi de réunir ses intervenants au village vacances Léo Lagrange jeudi et vendredi derniers sur le thème « gestion de la sur fréquentation des espaces naturels protégés ».

Jean-François Périlhou, maire de Vaison, a procédé à l’ouverture de l’université en déclarant : « vous vous attaquez à une problématique avant-gardiste, donc “casse-gueule”..., mais j’exprime le vœu que vous trouviez des solutions qui permettent de combiner une offre touristique respectueuse avec les impératifs des acteurs locaux. »

 

Une cinquantaine de personnes ont réfléchi sur cette question épineuse : les représentants des parcs naturels (Mont Ventoux, Verdon, Calanques, Sainte-Baume, Port-Cros), soutenus par l’Agence régionale pour la biodiversité et l’environnement (Arbe) et des professionnels d’horizons divers (juriste, sociologue, géographe) ont travaillé en ateliers.

Pour les convaincre de l’acuité de la question, une visite sur site, dans les gorges du Toulourenc, a été organisée en préalable des travaux le jeudi matin.

Interrogée en fin de session, la directrice de l’Arbe, Audrey Michel, déclare : « Il faut trouver des solutions pour, à la fois, préserver le patrimoine naturel et accueillir le public de façon apaisée, afin de donner aux touristes une expérience positive. Une communication incitative vers des sites secondaires ou complémentaires, le recul et la limitation des parkings, l’installation de toilettes sèches sur place, voire des opérations de “dé-marketing” peuvent permettre d’éviter que tout le monde se retrouve au même endroit en même temps. Et c’est d’autant plus nécessaire, que le Covid a fait émerger un besoin de nature encore plus fort… »

Un retour d’expérience positive menée dans le parc des Calanques pourrait en inspirer d’autres : le nombre de visiteurs ayant été multiplié par trois en moins de 10 ans, pour atteindre trois millions par an, a nécessité une campagne de communication où la réalité des plages envahies a été montrée au lieu et place des paysages paradisiaques jusque-là présentés.

Jean-François Périlhou ouvre l’université aux côtés d’Audrey Michel, directrice de l’Arbe.

 

 

 

Article précédent
CARNET

There is 1 Comment

la bonne nouvelle est que la question se pose mais deja , a peine evoqué , que le systeme reprend le dessus au nom de la sacro sainte vie economique locale que tous elus confondus , formatés a l'excés , sont persuadés que le tourisme excessif est un point positif ; que fait on de la qualié de vie des autochtones qui aspirent a leur tranquillité et a vivre sereinement sans avoir a supporter un tsunami touristique qui profite finalement a une minorité ciblé ; restons humble et clairvoyant mais je pense qu'on est mal parti pour ! c est dans l'air du temps , toujours plus ....
X