SUR LES TRACES DE L'INCENDIE AVEC L'ONF

Durée de lecture
2 minutes
Avancement

SUR LES TRACES DE L'INCENDIE AVEC L'ONF

Faucon
14 Juin 2021 - 13:46
0 commentaires

Le 15 août 2020, un énorme incendie ravageait la forêt de Faucon, malgré la mise en œuvre d’importants moyens terrestres et aériens. Le Parc Naturel Régional du Ventoux organisait hier une visite didactique de la forêt incendiée.

Hier, dimanche 13 juin, sous la houlette des deux gardes forestiers Verane et Martin Brechu, un petit groupe d'une vingtaine de personnes - essentiellement de Faucon, avec la présence de Corinne Gonny, maire de Faucon, accompagnée d'une élue - a pris les chemins forestiers sous un soleil de plomb. Tout en parcourant une zone incendiée de la forêt de Faucon, pendant près de trois heures, ils ont écouté Vérane et Martin parler avec passion de leur métier, et des missions dont ils ont la charge.

En poste à l'Unité territoriale de Bédoin, le pivot de la relation de l'ONF avec les maires, fonctionnaires de l'État, ils assurent un rôle de surveillance incendie, protection de l'environnement ainsi qu'une mission de police avec port d'arme à feu. Ils notent au passage que la réduction drastique d'effectifs pose problème, car le territoire à surveiller est immense et que récemment ils ne sont plus que sept sur quatorze postes.

En résumé leur missions — en liaison avec le parc régional du mont Ventoux — sont ainsi clairement définies sinon simples :
-Surveillance quotidienne de la forêt portant sur les risques d'incendie,et de dépravation, spécialement au moment des vacances
-Interventions post-incendie-reconstruction d'une forêt calcinée
-Éviter les nouveaux feux, information du grand public et auprès des scolaires en lien avec Natura 2000, émanation de l'Union européenne pour la préservation de la biodiversité.

Et ce sont tous ces points que Vérane et Martin ont abordés avec le groupe.

Le groupe a parcouru une partie de la zone incendiée qui s'étendait sur 35 hectares de la forêt de Faucon et sur les 10 hectares de la commune d'Entrechaux. Un spectacle désolant de pins d'Alep calcinés parfois déjà débités pour bois de chauffage, d'autres encore debout, mais tout autant condamnés. À ce sujet Martin Brechu s'inquiète « des pentes désormais dénudées qu'il faudra consolider par des troncs d'arbres afin d'éviter les éboulements de collines. Penser aussi à l'avenir et au réchauffement climatique en replantant des cèdres du Liban et autres essences méditerranéennes, sinon la garrigue, les rochers et le thym prendront le dessus modifiant le paysage ». « Ce qui dans l'incendie ravageur a de positif a été l'élan de solidarité immédiat de la mairie de Faucon et des communes voisines comme Vaison, accueillant les personnes sinistrées » a rajouté Verane.

En conclusion de ce très riche après-midi, fourmillant d'informations, et de questions-réponses, certains se prennent à rêver d'un retour au naturel avec le pastoralisme remis à l'honneur et des bergers et leur troupeau de chèvres ou de brebis plus aptes à débroussailler que des engins aveugles ! Le débroussaillage a un impact primordial sur l'évitement du feu !

Office national des forêts, Maison forestière des cèdres, 639 chemin Montagne 84110 Bédoin

 

Téléphone : 04 90 12 83 35

 

Lise Ron

X